Accueil du site > 9. Archives > 1. Alphabétisation un Service

       1. Alphabétisation un Service

Au Secours Catholique de Mayenne, nous avions l’habitude d’accueillir des familles en difficultés morales, financières ... Aides de tous genres : alimentaire, vestimentaire, transport, orientation vers les organismes compétents.

En novembre 2008, deux adultes de langue russe, sont venus frapper à la porte du Secours Catholique demandant une aide pour l’apprentissage du français. Deux fois par semaine, ces personnes suivaient déjà des cours au C.A.D.A (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) Leur souhait ? se donner une chance supplémentaire pour apprendre notre langue. Fin juin 2009 les demandeurs étaient au nombre de huit.


Suite à la journée nationale du Secours Catholique de novembre où nous avions présenté au cours des messes, les activités de l’association dont le service d’alphabétisation, une enseignante en retraite est venue proposer ses services. Un deuxième groupe se met en route. Avec des départs et des arrivées, le nombre est resté stable jusqu’en avril 2 010. Un mardi matin, cinq jeunes femmes du Kosovo m’attendaient. Difficultés : le nombre, le niveau, la langue.

 

J’ai dû faire appel à une autre enseignante en retraite qui a accepté de prendre les cinq "débutantes". A la rentrée 2 010, leurs époux veulent aussi profiter de ces cours. D’autres venant de Mongolie et du Daghestan font la même demande. Le bouche à oreille des enseignantes a bien fonctionné. Aujourd’hui, une vingtaine de personnes se retrouvent tous les mardis matin ou après-midi encadrées par huit bénévoles. 

Par manque de local disponible,  le curé de Mayenne a accepté de mettre 2 pièces du presbytère à notre disposition.  

D’où viennent ces personnes ? Des pays de l’Est qu’ ils ont dû quitter pour des raisons politiques, démêlées avec la police, maltraitances, insécurité, ségrégation, guerre. D’autres ont osé contester, prendre la défense des opprimés et, de ce fait, ils risquaient la mort ou la prison. Une seule solution : fuir avec femme et enfants, quitter une maison, une belle situation pour la plupart : ingénieur, kiné ... payer très cher un passeur (entre 6 000 € et 12 000 € ) et partir pour une destination inconnue suivant le bon vouloir des passeurs qui les déposent sur un trottoir en leur disant : « Vous êtes en France ! » et repartent.

Ces étrangers sont des primo arrivants. A eux de se débrouiller pour trouver une place à l’hôtel, le temps de joindre la préfecture pour faire une demande d’asile avec preuves à l’appui et obtenir un logement au C.A.D.A.

 

En ce qui me concerne, à travers cet accueil et cette aide, j’ai changé mon regard sur les étrangers et je me suis embarquée dans un service auquel je n’avais jamais pensé et qui m’apporte beaucoup.

Ce service m’a entraînée au-delà de l’alphabétisation. J’ai connu 4 familles « déboutées ». Au bout de quelques mois, un an ou plus, elles ont dû quitter la sécurité du C.A.D.A qui leur fournissait gratuitement le logement (charges payées) une aide financière de 500 € par mois, accès aux "Restos du Cœur". Pour ces familles« déboutées », il a fallu trouver rapidement un logement d’urgence. Grosses difficultés : budget réduit 400€ par mois (loyer et charges à payer). D’où orientation vers les associations et organismes compétents pour trouver une solution. R.E.S.F, ALTER EGAUX.

 

Avec toutes ces personnes bénévoles qui ont répondu aux appels adressés, nous avons été sensibles à la question posée à Jésus par le lévite : « Qui est mon prochain ? »  Et nous avons entendu la réponse de Jésus : « Va et toi aussi fais de même. » Il a suffi de faire le premier pas.

 Sœur Monique Le Bidre

 

 



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0