Accueil du site > 2. A l’écoute ... > Prendre soin d’un corps mort ou d’un corps vivant ?

       Prendre soin d'un corps mort ou d'un corps vivant ?

Les femmes partent au tombeau avec leurs aromates (Lc 24,1). Elles sont bien équipées. L’avant-veille, elles avaient repéré les détails de la tombe et le positionnement du corps. Elles rentrent chez elles et préparent, avec savoir-faire, les parfums et les aromates. Elles ont tout prévu pour prendre soin d’un corps mort.

Et là, sidération … il n’y a plus de cadavre. Elles se sentent perplexes : on leur dit qu’Il est vivant ! Elles sont appelées, maintenant, à prendre soin d’un corps vivant… ressuscité ! Quel choc, quel changement ! Plus question d’aromates ni de parfums. Elles laissent leurs flacons comme la Samaritaine avait laissé sa cruche, devenus inutiles. Le seul parfum qui aura servi finalement, c’est celui de Marie, une semaine plutôt, à Béthanie. Un flacon brisé, vidé, devenu inutile, lui aussi. Pour un rite funèbre par anticipation, sur un corps vivant.

Combien de fois, nous nous résignons à la mort, à une perte, à un déclin collectif ! Nous préparons les aromates : nous gérons l’avenir en honorant un passé révolu. Et surprise, nous ne sommes pas appelées à embaumer un mort, mais à honorer un vivant ! Cela veut dire célébrer la vie, annoncer sa victoire, toujours plus forte.

S’occuper de la mort, la gérer, l’organiser, c’est consentir au travail de la mort en soi. Or, Jésus est clair : « Laisse les morts enterrer leurs morts ! » Mt 8,21. Nous sommes appelés à gérer la vie, à y participer.
Notre-Dame de Paris brûle ? L’Église est secouée par les scandales ? Les gilets jaunes déversent leur furie ? Le Sri Lanka est meurtri par les attentats ? Les congrégations se fragilisent à vue d’oeil ?

Et pourtant, un « excès de puissance » 2Co 4, 7 nous propulse en avant, avec une énergie invincible, « ne sachant qu’espérer, mais non désespérés […] terrassés mais non vaincus » 2Co 4, 8.9. Les effets de la Résurrection sont là : nous résistons là où nous devrions être anéantis. Étonnant ! La Vie nous étonnera toujours… Ensemble, partageons cette joie, incroyable, inaltérable, imprenable.


Sr. Anne Chapell - Angelica n°55 - Mai 2019



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0